Batman s’imposera-t-il comme le caïd de la cité d’Arkham ?

A l’image de la trilogie Batman, relancée par Nolan qui s’achèvera cette année en juillet avec Batman : The Dark Knight Rise, Rocksteady a relancé le justicier masqué sur console. Apres l’excellent Batman Arkham Asylum, dont l’action se cantonnait dans le fameux asile psychiatrique, sa suite Batman : Arkham City agrandit « l’aire de jeu » de la chauve souris à un pan entier de la ville, où tous les pires ennemis du chevalier noir ont été enfermés. Batman se retrouve bientôt obligé de traîner ses guêtres dans une cité gérée par ses pires ennemis…

Batman Arkham City

Reprenant les excellents points développés dans le premier jeu deux ans auparavant, on éprouve toujours autant de plaisir à enchaîner les combos aux corps-à-corps ultra-fluides de notre héros, et à se délecter des ralentis de fin de mêlée.  S’infiltrer telle une ombre et froidement neutraliser tous les ennemis qui s’opposent à la justice du chevalier noir reste aussi l’un des grands plaisirs de ce soft, qui nous rappelle que Batman n’est qu’un homme au bout du compte, et que quelques balles d’un fusil à pompe d’un voyou de seconde zone peuvent très bien en finir avec notre héros. La chauve-souris n’est d’ailleurs pas le seul personnage jouable, et la troublante Catwoman avec laquelle le héros entretient une relation ambigüe sera jouable au cours de l’aventure (même si trop peu malheureusement).

Sortie sur Xbox 360 et PS3 le 20 octobre, il faudra attendre le 10 Novembre pour la version PC. Avec une durée de vie conséquente, une énorme ville à explorer, et des tonnes de bonus à découvrir, nul doute que ce jeu fera la joie des fans de du personnage et place la barre très haut pour le prochain opus !

Cette entrée a été publiée dans Consoles et jeux, Informatique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.