Succomberez-vous à la Vita-mania ?

La PS Vita sort officiellement en France.

La PS Vita sort officiellement en France. Crédit photo : cnetfrance.fr

Deux mois après sa sortie au Japon où elle s’est déjà écoulée à 550,000 exemplaires, la PS Vita débarque officiellement aujourd’hui en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis. Le succès immédiat de la nouvelle console portable de Sony est à la hauteur de l’attente des fans de PlayStation : 7 ans après la sortie de la PSP, voici enfin la PS Vita, sa jeune sœur entièrement métamorphosée et mise au goût du jour grâce à une technologie de pointe. Lors de sa sortie au Japon le 17 décembre 2011, la PS Vita s’est aussitôt vendue à 325,000 exemplaires au cours de la première semaine. Un départ réussi ? Oui, dans l’absolu. Sauf qu’en comparaison, les ventes  de la PS3 et de la PSP avaient littéralement crevé le plafond au moment de leur sortie en atteignant très vite le million d’exemplaires vendus. Ainsi, ces chiffres encourageants mais néanmoins quelque peu décevants pour Sony semblent reproduire le scénario en demi-teinte du lancement de la Nintendo 3DS, plutôt boudée par le public au débit de sa commercialisation il y a un an déjà. Ainsi, le pari de Sony est aujourd’hui de taille : la firme doit reconquérir son public de « hard-core gamers », comprenez ses joueurs purs et durs littéralement accros aux jeux vidéo.

« Le divertissement portable suprême »

Sony entend bien se différencier de son principal concurrent Nintendo en positionnant très clairement sa PS Vita en tant que console portable haut de gamme. Pour ce faire, Sony a misé sur la performance technologique de la PS Vita, laquelle n’est ni plus ni moins dotée d’un écran 5 pouces OLED avec une résolution de 960×544 pixels permettant une qualité d’image irréprochable, ce qui correspond bien à la marque de fabrique de la série PlayStation. Ainsi, le prix de vente de la PS Vita est volontairement plus élevé que celui de la Nintendo 3DS, dont le prix a régulièrement baissé depuis sa sortie en mars 2011. La PS Vita se décline donc en deux modèles : le modèle Wifi à partir de 249€ et le modèle premium avec Wifi + 3G (carte SIM SFR) à partir de 299€. La PS Vita 3G offre l’avantage de pouvoir se connecter à internet plus facilement en dehors des points d’accès Wifi.

La  nouvelle console nomade de Sony est annoncée comme « le divertissement portable suprême » par la firme japonaise. Saura-t-elle cependant trouver sa place dans le marché saturé des consoles de jeux vidéo ? En effet, les chiffres du marché de la console de jeu portable sont à la baisse : -2% de croissance en France en 2011 selon le SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs). Ce marché pâtit notamment de la concurrence féroce des jeux et applications de plus en plus sophistiqués apparaissant sur les réseaux sociaux, les tablettes et même les smartphones (ex : Angry Birds sur iPhone). Alors faut-il remettre en question l’existence même d’une console de jeu portable à l’heure du tout-mobile ? Peut-être pas totalement. La stratégie de Sony visant à se démarquer des «  casual games » envahissant peu à peu l’ensemble de nos supports high-tech semble à ce titre tout à fait pertinente. Qui plus est, malgré une baisse notable du volume des ventes de consoles de jeux, la valeur de ce marché en euros reste stable avec un chiffre d’affaires annuel de 277 millions d’euros, ce qui laisse finalement présager de réelles opportunités de business pour Sony. A la PS Vita de nous prouver maintenant ce qu’elle a dans le ventre.

Les performances de la PS Vita

Trop parfaite, la PS Vita ? Cette pépite de technologie fait l’étalage d’un bon nombre de fonctionnalités high-tech : 2 joysticks analogiques, 2 appareils photo (avant/arrière), un écran OLED tactile multitouch, un pavé tactile arrière, une connectivité continue à internet (Wifi et/ou 3G), etc. Avec un tel éventail d’options, il est vrai que l’on s’attendait à ce que la PS Vita épuise sa batterie en l’espace d’une à deux heures, mais il n’en est rien ! Après avoir été testée, la PS Vita offre en fait jusqu’à 4 heures d’autonomie en jouant sans désactiver le Wifi. Evidemment, le mode multiplayer on line consommera davantage d’énergie, mais cela reste une performance honorable pour le nouveau bijou de Sony. Côté inconvénients, là encore, il faut noter que Sony n’a pas prévu de mémoire interne et qu’il faut donc en contrepartie investir dans des cartes mémoire assez coûteuses. Autre inconvénient, on peut déplorer que le câble permettant de connecter la PS Vita à une PS3, PC ou Mac ne soit pas un câble USB universel. Mais l’inconvénient le plus important de la PS Vita réside dans le fait que les jeux PSP ne soient pas compatibles avec cette nouvelle console Sony. En outre, la connexion 3G ne permet pas encore de télécharger des fichiers  supérieurs à 20 Mo. On s’interroge donc sur l’avenir de cette console de jeu somme toute très innovante. Son prix va-t-il dissuader les consommateurs ? Les fabricants de jeux PS Vita vont-ils réussir à satisfaire la demande ? Si l’on en croit Sony, le consommateur devrait avant tout être séduit par la connectivité sociale accrue de la PS Vita permise par la 3G, et notamment grâce à la présence des 3 applications phares que sont Facebook, Flickr et LiveTweet sur cette console nomade. Affaire à suivre !

Cette entrée a été publiée dans Consoles et jeux, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.