Jolies poupées

La poupée sert souvent de modèle de féminité aux petites filles. Les fillettes adorent s’en occuper. Elles peuvent la coiffer, l’habiller, lui trouver un nom, lui inventer une vie de femme dans laquelle elles se projettent. La poupée les aide ainsi à grandir et à se construire. Elle représente bien davantage qu’un vulgaire jouet. Pourtant, la poupée a de nombreux détracteurs. On la juge parfois trop parfaite, trop blonde, trop maquillée… La poupée véhiculerait une certaine image de la femme superficielle et surtout, totalement irréaliste ! Par exemple, les mensurations de Barbie sont contre nature : grands yeux, petite taille et grosse poitrine… Rares sont les femmes sur Terre qui ressemblent à ce stéréotype !

Quel modèle pour nos filles ?

Si la poupée représente un modèle pour nos filles, encore faut-il savoir choisir entre toutes les marques et tous les modèles présents sur le marché. Aujourd’hui, les nouvelles poupées sont maquillées à outrance et habillées très sexy, parfois à la limite du vulgaire. Chez Mattel , on cherche à coller à cette nouvelle tendance sexy sans aller jusqu’à choquer :

-  Poupée sexy

Barbie Fashionista

Barbie Fashionista. Crédit photo : Matel ©

Barbie Fashionista :

Barbie Fashionista (fan de mode) est féminine, mais surtout branchée. Elle est vêtue de manière à séduire. Le coup de génie de Mattel a été de mettre en avant sa ligne d’accessoires pour Barbie Fashionista (vêtements, sacs, etc.). Ceux-ci sont en effet vendus à part au prix fort. Et comme les petites filles s’identifient à leur poupée, elles s’arrachent ces accessoires Barbie afin de pouvoir changer le plus souvent possible les tenues de leur poupée dans le but de montrer à leurs copines qu’elles sont à la pointe de la mode.

-  Poupée morbide

Monster High

Poupée Monster High, Frankie Stein, la fille du monstre du Frankenstein. Crédit photo : Matel ©

Monster High :

Les poupées monstrueuses de Monster High, aussi fabriquées par Mattel, font un carton. Monster High revisite le monde féérique des petites filles avec une approche originale axée sur les monstres et les morts-vivants. Pas sûr que tous les parents apprécient. Pourtant Monster High est un monde créatif tiré de la série de livres Monster High à succès inventée aux Etats-Unis. Aujourd’hui adapté en série télévisée, l’univers de Monster High met en lumière des enfants de monstres, donc forcément accessibles car le plus souvent stigmatisés, aux problèmes d’ados normaux (amitié, amour, etc.). L’apport de la magie et du merveilleux avec ces poupées mi-humaines, mi-monstres, participe au développement de l’imaginaire chez les petites filles. Les poupées Monster High ne sont pas les seules à jouer sur ce créneau. On trouve également les Winx, véritables antithèses des Monster High, avec leurs jolies ailes de fées.

-  Poupée rock

Les Koukilstars

Les Koukilstars des galeries Lafayette, Paris. Crédit photo : Joe dit le « démonte-pneu »

Koukilstars :

Noël 2011 : les poupées filiformes au look résolument rock créées par Andrew Yang en 2008 envahissent les vitrines des Galeries Lafayette à Paris : les Koukilstars. Les vitrines montrent ainsi des poupées habillées sexy dans un salon de beauté ou encore en train de faire un shooting photo. La féminité est donc ici poussée à son paroxysme en montrant les rituels de séduction des femmes modernes. Mais les petites filles sont elles-influencées par notre société érotisée ?

L’hypersexualisation des petites filles

Vous avez sans doute eu écho du scandale des photos de mode publiées dans Vogue magazine, mettant en scène une fillette de 10 ans posant de manière suggestive en tenue sexy. La sénatrice UMP Chantal Jouanno dénonce l’hypersexualisation des petites filles et propose entre autre l’interdiction des concours de mini-miss fondés uniquement sur des critères physiques pour les filles de moins de 16 ans. Aussi, la question que l’on peut légitimement se poser est de savoir si les petites filles ne deviennent pas trop tôt des femmes. Qui peut-on tenir pour responsable de cette hypersexualisation des petites filles ? Est-ce le fait des fabricants de poupées, des médias, ou bien des parents souvent dépassés ? Ce sujet est un vrai débat si l’on en juge du nombre de fillettes qui se prennent pour des jeunes femmes en public en portant du maquillage, des chaussures à petits talons, voire des strings ou soutien-gorges ampliformes. Or, ces jeunes lolitas ne sont pas toujours conscientes de l’image qu’elles véhiculent, ni du danger des pervers sexuels qui chassent de plus en plus souvent sur leur terrain de jeu de prédilection, à savoir internet. En tant que parent, ne tombez pas dans la paranoïa, mais sachez établir des limites pour que votre fille prenne le temps d’être une enfant avant de devenir une femme.

Cette entrée a été publiée dans Mode, Shopping, Uncategorized, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.