Mexico ! Mexxxxiiiiiiiiiccccccooooo ! ! !

« Mexico, Mexico, sous ton soleil qui chante, le temps paraît trop court, pour goûter au bonheur de chaque jour… Mexico, Mexico… »

Crédit photo : kainet

Vous l’aurez compris la destination d’aujourd’hui sera le Mexique, et plus précisément sa capitale Mexico, qui en version originale donne Mexico D.F. (sigle qui signifie « Distrito Federal »)  ou « Ciudad de Mexico». Déjà confus ? La ville de Mexico n’est pas une des plus faciles à assimiler pour les étrangers. Peuplée de plus de huit millions d’habitants intra-muros (Paris en compte deux millions) et montant à plus de 20 millions pour la zone urbaine selon les estimations, Mexico est la ville la plus peuplée du continent américain et l’une des villes les plus peuplées au monde. Mexico et sa banlieue constituent d’ailleurs l’un des 32 états du pays du Mexique.

Crédit photo : rageforst

Par où commencer donc ? Apres être sorti del’aéroport international de Benito Juárez, le métro est certainement le moyen le plus rapide et le plus facile pour rallier le centre de Mexico. Une fois les valises posées à votre hôtel, pourquoi ne pas partir sur une des « trajineras » dans le quartier de Xochimilco. Ces embarcations chamarrées sont en général décorées d’un portail orné de fleurs formant les lettres de prénoms féminins et vous conduiront à travers les canaux de la ville. Elles vous donneront l’occasion de contempler les « chinampas » qui se dénomment aussi jardins flottants, et qui sont des techniques agricoles d’extension de la terre pour la culture. Ces jardins artificiels dérivés de la culture préhispanique sont désormais classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

Après votre balade sur les canaux, remontez vers le quartier de Coyoacán, anciennement une petite bourgade qui fut englobée par l’extension urbaine de Mexico. Le quartier est rempli de « plazas » ou « zocalos » comment les appellent les Mexicains. La place Hildago en est une des plus représentatives et des plus célèbres. On y retrouve de nombreux stands vendant objets artisanaux et douceurs typiques mexicaines, comme les « obleas de harina », sortes d’hosties mexicaines en plus savoureux ! La cuisine mexicaine dans son ensemble fait d’ailleurs partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2010. Le jardin centenaire est à deux pas, ainsi que le temple de San Juan Bautista. Pour les férus d’histoire, le quartier de Coyoacán abrite aussi la « maison musée » de Trostsky. Celui-ci s’exila au Mexique en 1936 après avoir fuit en Norvège suite aux procès de Moscou. Il rencontra Frida Kahlo et le peintre Diego Rivera avec lesquels il vécut un moment dans la « maison bleue ». La « maison bleue » est depuis devenue un musée où les œuvres de ces deux artistes sont exposées, et se situe aussi dans ce quartier.

Si par la suite vous avez besoin de vous oxygéner les poumons, le parc Chapultepec de plus de 500 hectares est plus vaste que Central Park à New York. A l’intérieur du parc, en plus des terrains boisés, de plusieurs lacs et d’un zoo, se trouve aussi la résidence présidentielle et plusieurs musées. De quoi vous occuper pour toute une journée.

crédit photo : alvez

Un petit creux ? Pour revenir aux spécialités mexicaines, goûtez les  « chilaquiles » (tortillas remplies de tomate, chile, ail et oignon qui  s’accompagnent de viande ou de poisson), « tacos al pastor » (tortillas remplies de viande de porc mariné et ensuite émincée, accompagnée d’épices, d’oignons crus, d’ananas et de coriandre) de manière générale sachez que les tortillas sont réalisées à base de maïs, qui est à la cuisine mexicaine ce que le blé est à la cuisine française. La cuisine mexicaine est aussi riche en sauces, dont le fameux « mole » noir, blanc ou vert selon les régions et les ingrédients (chocolat, amandes, vanille mais aussi chili, piments, ail…). Le « mole poblano» l’un des plus connus, originaire de la ville de Puebla, ne combine pas moins d’une centaine d’ingrédients !

Si après toute une journée de balade et de dégustation de douceurs locales, vous voulez toujours sortir et rester dans l’ambiance locale, plusieurs bars de salsa existent dans la ville. La Patanegra est un lieu qui, en plus d’offrir à manger et à boire, propose tous les soirs orchestre live ou DJ pour animer la soirée. Pour danser, danser et rien que danser… le Mama Rumba comblera les amateurs de salsa, et pour les débutants des cours sont organisés durant la semaine. Pour les boissons, ne soyez pas surpris de voir que les tequilas se consomment avec des « sangritas » (mélange de jus de fruits), et que rare sont les locaux qui les avaleront sous forme de « shots ». La Tequila n’est d’ailleurs qu’une des dénominations du Mezcal qui est la « vraie » boisson mexicaine. Les deux sont réalisés à base d’agave, la différence résidant dans le fait que la Tequila est réalisée uniquement à partir d’agave bleu et peut ne contenir que 51% de cette plante, alors que le Mezcal doit être constitué à 100% d’agave. Si vous développez une passion pour cette boisson, passez au bar Fly où se réunissent des amateurs de ce breuvage et à La Botica si vous voulez faire sensation et en ramener à votre retour.

Cette entrée a été publiée dans Destinations, Hôtels, Vacances, Vols. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mexico ! Mexxxxiiiiiiiiiccccccooooo ! ! !

  1. Nicolas dit :

    Ca donne envie ! Mais 8 millions d’habitants quand même !
    Moins de 1000 euros l’AR Paris Mexico… Faut mettre des sous de côté et on verra en 2012 :-)

    • Kelkoo FR dit :

      Mexico n’est clairement pas fait pour les agoraphobes! Cependant même si les billets d’avion sont un investissement conséquent, la vie reste très abordable. Un euro est à peu près égal à 17 pesos et pour vous donner une idée le ticket de métro est à trois pesos… Quand on sait que le ticket du métro parisien est à 1,40 euros, ça laisse rêveur…